Antje Flüchter, Michael Jucker

Wie globalisiert war die Vormoderne? Ein Plädoyer für einen neuen Blick in den asiatischen Raum

Titre traduit: A quel point l’époque pré-moderne était-elle globalisée? Plaidoyer pour un nouveau regard sur l’espace asiatique

Cette contribution constitue un plaidoyer pour que l’histoire de la mondialisation ne se limite pas aux phases de l’expansion et de la domination occidentales. Elle avance en effet la thèse que, en Asie à l’époque pré-moderne, il existait des zones centrales qui étaient globalisées et qui étaient perçues comme telles en Europe. Afin d’illustrer et de défendre cette thèse, les auteurs étudient les récits de voyage en Asie rédigés à la fin du Moyen-Age et au début de l’époque pré-moderne à la lumière des critères mis en avant par Jürgen Osterhammel et Niels P. Petersson pour analyser la mondialisation: relations économiques et diplomatiques, commerce au loin, accélération de la communication, migrations, revendications de puissance universelle et assimilation des cultures. De même, le terme «global» décrit le monde tel qu’il était appréhendé par les contemporains. Les rapports de missions effectuées au Moyen-Age chez les Mongols, ainsi que les récits de voyageurs parcourant l’Océan Indien à l’époque moderne permettent de mettre en évidence de telles structures globalisées et fonctionnant à une échelle globale. Au cours de leur expansion, les Européens se virent en effet confrontés à ces réseaux intra-asiatiques; par la suite, ils n’ont pas tant engendré ces structures qu’ils s’y sont intégrés. Les deux auteur.e.s considèrent que les phénomènes analysés dans cet article décrivent des phases, jusqu’à présent quelque peu négligées, d’une histoire globale complexe.

Paru dans: traverse, 2007/3, p. 97.

code & design by eMeidi.com