Walter Aeschimann

Dopingdiskussionen am Beispiel von Dianabol (1959–1970)

Titre traduit: Le dopage en question. Le cas Dianabol (1959-1970)

Le Dianabol est le premier stéroïde anabolisant qui a connu une diffusion de masse sur le marché du culturisme et dans le monde du sport de haut niveau. Son succès s’explique surtout du fait qu’il fut le premier stéroïde artificiel puissant à pouvoir être pris sous forme de comprimés. Il fut lancé en 1959 par Ciba AG basée à Bâle. L’article montre comment le produit fut testé sur la scène culturiste aux Etats-Unis tandis qu’il n’avait pas dépassé le stade de l’expérimentation animale à Bâle. Bien que de graves effets secondaires fussent observés un an seulement après son lancement, l’entreprise continua d’en faire la publicité comme s’il s’agissait d’un tonique inoffensif.
Cette étude de cas dédiée au Dianabol permet d’illustrer les interactions entre dopage et sport de haut niveau. Les effets secondaires furent minimisés ; des médecins du sport de premier plan nièrent, en toute connaissance de cause, l’impact évident de ces produits sur les performances ; l’industrie chimique déclina toute responsabilité. Le dopage fut défini par ceux qui se dopaient ou du moins par ceux qui le favorisaient. Cette histoire fait apparaître de façon exemplaire l’un des problèmes principaux des débats sur le dopage qui ont émergés après la Seconde Guerre mondiale. Le discours autour du dopage est monopolisé par une constellation d’acteurs intéressés et issus des mondes de la science, de l’économie, de la politique, des médias et du sport.
(Traduction: Siegfried Bodenmann)

Paru dans: traverse, 2016/1, p. 72.

code & design by eMeidi.com