Cornelia Oertle, Anouk Hiedl

Wenn es an Pflegepersonal mangelt. Bildungs- und gesundheitspolitische Massnahmen in den 1950er- und 60er-Jahren

Titre traduit: Mesures politiques contre la pénurie du personnel soignant dans les années 1950 et 1960

Dans les années 1950, le manque de personnel soignant qualifié augmente sans arrêt et atteint son apogée en 1957. La Conférence des directeurs cantonaux des affaires sanitaires (CDS), l’Association des établissements suisses pour malades (VESKA, aujourd’hui H+ Les Hôpitaux de Suisse) et la Croix-Rouge suisse (CRS) observent inquiets cette évolution, qui menace la qualité des soins. Une des raisons de la croissance de la «pénurie des soignantes» a été la révision du contrat de travail standard pour le personnel soignant de 1956: avec l’introduction de la semaine de 54 heures – avant la règle était de plus de 60 heures de travail hebdomadaire – la pénurie du personnel soignant a augmenté dans toute la Suisse de 1000 à 1600 personnes. La hausse de malades chroniques, les exigences grandissantes d’une médecine se développant rapidement, ainsi que le nombre et la taille croissants des hôpitaux exigeaient de plus en plus de personnel. Durant des années, on avait cherché des solutions visant à résoudre ce problème. Il fallait trouver de nouvelles ressources financières et des moyens pour lutter contre la pression du temps et la forte charge de travail du personnel soignant également par le recours à du personnel soignant étranger. Par l’analyse de l’introduction de deux nouvelles catégories de métier, «aide-infirmière» et «infirmière auxiliaire» dans les années 1950, cette contribution examine les réflexions et les discussions préparatoires quant aux mesures de lutte contre la «pénurie des soignantes».

Paru dans: traverse, 2012/2, p. 97.

code & design by eMeidi.com